10
Oct-2012

Lorient : Championnat de FRANCE 2012 d’Aviron de mer

Non classé   /  

Vous avez aimé la team flower power de l'ALPA à Pornichet, il y a quelques semaines? Nos super girl sont arrivées à larmorplage, jeudi passé pour y prendre leur quartier de compétitrice pour trois jours!

Lorient avait l'honneur d'accueillir les championnats de France 2012 d'aviron de mer, déjà très largement sous les feux de la rampe au niveau internationale pour son savoir faire dans le monde de la voile, la ville aux cinq ports allait être le théâtre de rencontres sportives dont les qualités spectaculaires ne sont plus à prouver malgré le déficit d'exposition dont elle souffre… pour le moment.            DSCF4019

 Feins.. c'est où Feins?? Question récurrente à chaque compétition hors de nos bases du pays d'Aubigné, mais question de moins en moins audible pourtant (ALPA est une belle ambassadrice de sa bourgade et de son pays!!). Elsa, Marie et Stéphanie étaient arrivées dans la journée de Jeudi pour prendre nos marques au sein de l'organisation proposée par le CN Lorient (parking remorque, bateau,logement à Guidel…). Flavie et moi les rejoignant en début de soirée pour compléter la bande de "brise-vagues".

Vendredi matin 10h00, le temps est un peu morose, gris! C'est l'heure de la réunion des délégués. On y entend des accents qui fleurent bons la variété des notre pays: Marseille, Brest, Dunkerque, Bordeaux, Thonon, Lorient, Rennes, La Martinique avec qui nous partageons un zone dédiée sur la plage, et bon nombre d'autres villes dont Feins. Présentation des courses, de leur organisation, de leur forme, de leur parcours… c'est donc officiel pour participer à La grande finale du samedi après midi nous devront finir dans les 15 premières des 22 embarcations alignées au départ du parcours de qualification de 6km… tous les espoirs nous sont permis au vue du résultat de la régate de Pornichet, bien conscient que chaque course à sa vérité! Le temps de prendre un encas trop vite à notre goût… mais la digestion impose sont rythme!! et d'enfiler notre tenue au couleur de l'ALPA, nous nous retrouvons bien vite sur l'eau, aidé en cela dans un échange de bon procédé par l'équipage d'un bateau voisin. Prendre la mer dénoue un peu les estomacs que le stress n'étreignait que trop malgré une décontraction de façade. La zone d'échauffement est précisément marquée par deux bouées autour desquelles ils nous faut tourner jusqu'à la procédure de départ! Après un enchaînement permettant aux organismes de monter en puissance, nous approchons la ligne d'un départ en hâte, le bateau des arbitres affale la boule noire qui libère les yoles, 22 équipages lancés d'une même ligne… quelle mêlée! La première bouée va vite venir, alors mieux être aux avant-postes pour se faire une place au soleil! Nous sommes dans le paquet et ça frotte dru au premier virage mais ça passe sans encombre apparent. Flavie donne la cadence prévue, Marie et Stéphanie suivent, Elsa aussi en quatre affronte les affres sa place, chahutée, malmenée mais dans le tempo du chef de nage, je vocifère des AaaaL…paaa qui marque l'allure!! Nous sommes autour de la 10e place me semble t il… Le regard sur le compas cap au 238, nous cherchons la route directe au milieu de la sarabande multicolore, pas de vue directe sur la bouée suivante: elle est à près de 2km, pensez donc! Bien dans notre yole, dans nos allures, les filles concentrées tiennent le bateau par la cohésion dont elles font preuves. la mer offre une houle plutôt clémente ce vendredi après midi. La course s'avance jusqu'au virage suivant, quand nous y sommes, une dizaine d'embarcations sont passées là, mais passer en finale A est notre unique objectif du jour, et les coups d'avirons appuyés en atteste… le bord suivant est très court:200ml, franchis sans encombre, nous engageons de suite le suivant sans faiblir pour assurer notre place, et tout va aussi bien que possible, je tente de prodiguer les encouragements les plus positifs! Soudain à 300ml de la bouée suivante, je sens une secousse, et la yole prend un cap improbable, mes actions sur la barre ne trouvent pas la réaction attendue, c'est la panique à bord, impossible de dégager ce barre de son logement en raison de la vitesse que le bateau a encore!!! Quand je parviens enfin à la déloger, nous nous sommes déjà fait passer par certaines  concurrentes, ne constatant rien sur l'objet du délit, je remet la barre à sa place, un peu dubitatif! Nous tentons alors de repartir en approche de la quatrième bouée, espérant retrouver avec l'énergie qu'il nous reste, une bonne place dans le peloton! Mais à peine le temps de redonner quelques coups de pelles, que notre embarcation n'en fait plus à nouveau qu'à sa tête, tant et si mal que nous nous retrouvons malgré nous sur la route du bateau de hennebont et celui de Plougonvelin… La panique cède alors la place au dépit, à la détresse, les encouragements n'y suffisent plus… Les pleurs, les cris finissent de briser les derniers espoirs et un bateau arbitre de venir prodiguer des conseils biens inopportuns à ce moments… Plus de barre en état d'agir sur le cap de notre "Safran33"… Je me fais l'effet d'un poids bien inutile… Pas question d'abandonner pourtant, pensez donc des semaines et des semaines de préparation qui s'en trouveraient jeter aux orties juste parce qu'une petite palette tourne folle sur un axe dont elle devrait être solidaire! Bordel de merde! pas question! Le moral n'est pas meilleur, mais l'essentiel doit être préservé: le groupe! ramez bâbord….ramez tribord tribord encore… La seconde moitié du parcours va être longue… très longue!! La direction est assurée à force d'anticipation des réactions de notre embarcation ballottée par la houle plus marquée à cette endroit, des réconforts réciproques entretiennent la cohésion de l'équipage… Nous n'abandonnerons pas! L'avis est unanime! Au prix d'efforts qu'ont fournis Marie, Flavie, Elsa et Stéphanie, nous franchissons la ligne d'arrivée sous quelques gentils applaudissements qui n'atténue en rien la déception, le désarroi, la détresse ce résultat jamais envisagé dans nos pronostics les plus pessimiste d'avant course! Etre éliminé est toujours envisageable bien sûr, mais pas de cette façon… l'injustice coule sur les joues des filles inconsolables, Je débarque avec à la main cette maudite barre!! Ce sera la "petite finale" à 9h00 le lendemain matin… c'est comme ça!!?? Débarquées, nous transmettons le bateau au club de Tournemine qui doit courir pour trouver une barre de substitution en urgence, voyant bien que nous ne sommes pas en mesure à ce moment de résoudre ce problème mécanique!! Ils y parviendront avec l'aide d'Antoine Marrais.

  2012-10-05 16.25.24

L'objectif étant de nous remettre en ordre de marche, car nous toujours aux championnats de France!! mince ça n'est qu'en même pas peu de chose!! Heureusement ce groupe est sain et plus encore… C'est écrit le mauvais sort n'aura pas raison de cette bande d'alpaïouses!! Passons sur la soirée qui s'en suit où mille fois nous refaisons la course, avec tant de "si" que bien des tantes auraient pu devenir nos oncles!! Et les blagues de potaches remettent l'essentiel en place: la cohésion et l'unité de l'équipage. Passe là dessus une nuit au repos tout relatif, et 6h00 sonne qu'il faut déjà enfiler à nouveau le bleu de chauffe, dehors la pluie chante sur les toits des bungalows, la nuit est tenace, Un petit déjeuner qui a du mal à passer, la motivation qui tarde à venir mais nous devons appréhender cette finale B comme si c'était la A, pour envisager une chance de s'y imposer. Nous reprenons la route pour Larmorplage. Je dois y être pesé (et oui) entre 2 heures et une heure avant la course, vous le croyez ça!? 8hoo le jour pointe le bout de son nez, de petits oiseaux jouent avec les vagues qui viennent mourir sur la plage, un spectacle qui nous amuse. Nous armons le bateau fort d'une barre réparée semble-t-il… que n'offre pourtant pas toutes garanties auxquelles on aspire avant une finale de championnat de France d'aviron de mer, mais nous ferons avec.Compas et carte en place, nous mettons à l'eau le bateau n°8, comme la veille nous rejoignons le stade d'échauffement, motivées? les filles le sont, toutefois ça n'est pas l'horaire de la finale espérée donc… La procédure de départ est annoncée, deux boules signale les 3 minutes avant le départ, puis une boule les dernières soixante secondes!

Nous sommes bien en place sur mer plus formée que la veille qui dessine des creux de près d'un mètre cinquante. Et c'est repartis, les jambes semblent alertes, nous virons la première bouée en tête mais 8 km c'est très long sur des flots qui secouent sèchement votre moyen de transport si adapté soit il aux circonstances! Et Elsa dans sa place de quatre en attestera, ça remue à chaque vagues franchies,"Sur les jambes…. Ensembles… Droites… Relâchées…" tous les rappels aux basiques sont bons à hurler, et je me complaît à les leurs remémorer… sûr qu'à m'entendre elles ne s'écoutent que moins.IMGP0255 R

Le premier bord est vite consommer, les deux suivant tout autant malgré un instant de flottement dans le calage de mon cap et la houle toujours aussi impressionnante pour le rameur de rivière que je reste, dans le quatrième bord, les vagues nous prennent par un bâbord très approximatif qui met notre stabilité très mal,ce qui ne manque d'occasionner une fausse pelle qui stoppe nette la marche en avant du bateau donnant à Cherbourg qui n'en demandait pas tant, l'opportunité de nous passer et à Hennebont de se rapprocher dangereusement… Nous relançons le bateau par une série de coups plus appuyés et terminons la première des deux boucles d'un parcours triangulaire. Nous voyons alors entrer dans notre défilé les quatre masculins qui ont démarré leur finale B entre temps, ceux-ci ne manquent pas de nous dépasser à leur tour, étrange impression laissée par le chevauchement de ces deux courses. Nous ne nous laissons pas longtemps distraire car notre seconde boucle achevée, nous prenons la direction de la ligne d'arrivée, Cherbourg est déjà hors de portée au bénéfice de sa bonne gestion des surfs, pour notre part nous sommes toujours sous la menace de hennebont… ce qui  a pour effet de garder nos rameuses de l'ALPA sous pression, et gars à qui se relâche!! Nous franchissons la ligne d'arrivée, 54 minutes se seront écoulées depuis le départ… Quel effort, Qui présente la qualité essentielle de s'être dérouler à la régulière, sans casse quelque qu'elle soit!2012-10-06 22.54.40

Le sentiment d'inachevé restera pour un bon moment. Le tout étant de tirer partie de ses déboires… Avec le temps et du recul nous saurons retirer beaucoup de positif de ce week end, sur le plan sportif oui! Mais bien d'avantage humainement, cette barre défectueuse aurait très bien pu faire voler en éclats les liens qui liaient cette bande… tout au contraire.

2012-10-05 11.28.11

Bref un week end riche en émotion, au milieu d'une organisation que le CN Lorient à magnifiquement su gérer malgré des conditions météo par toujours simple, (un cuistot cinq étoile à notre guide, un caméraman"vachement"bien,…) des bénévoles toujours courtois et souriant… De touchantes marques de compassion à notre endroit à l'annonce de nos déboires, et des rencontres pleines de promesses pour l'avenir!! enfin nos remerciements à tous ceux et celles qui on rendu possible cette participation entre autre la ligue avec Antoine Marrais pour le bateau qu'il nous a été possible d'utiliser, à Catherine BRUNEAU pour ses conseils toujours avisés, aux membres de l'ALPA pour avoir assurer de main de maitre la gestion de ce début de saison!

L'ALPA aux championnats de France d'aviron de mer…. vous voyez tout est POSSIBLE!

Bravo Flavie BARRAY, Stéphanie MOISSET, Marie VIVIER et Elsa VIVIER

T.B.

0

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec