16
Juil-2011

Le raid Sarzeau Hoéd’hic!

Actualités   /  

P7090214bis

     Nous étions quelques un(e)s à avoir depuis un bon moment cochés dans nos agendas respectifs le week end des 9 et 10 Juillet 2011, un bon plan pour se
rendre à peu de frais sur l’île d’Hoédic (prononcé « hédic » si vous ne voulez pas vous faire reprendre), et ce depuis la plage de Saint Jacques à Sarzeau(56) l’aller format compétition, la nuit
sur l’île avec toutes sortes de tentations et retour en randonnée plus tranquille. Aussi comme de coutume, nous nous retrouvons huit co-religionnaires du coup de pelle, ce samedi matin aux abords
de notre centre commercial préféré, pour un regroupement logistique… Stéphane, Isabelle, Marie, Stéphanie, Gilles, Coconut, Elsa et Moi trouvons une place pour chaques choses et pour chacun(e)s
abord du véhicule de Stéphane qui se trouve du coup particulièrement chargé (pas la place pour un coton tige supplémentaire… deux par personne pas plus!!). Il est donc temps d’y aller… le
trajet n’est pas extrêmement long d’autant moins que le sérieux n’est pas franchement de mise et à huit dans la voiture le temps passe très vite vu la forme que tienne certaines personnes (qui se
reconnaitront… enfin j’me comprends!) Et voici déjà Sarzeau, les bénévoles sont en plein branle-bas de mise en place, les cuistots s’affairent à la préparation des libations du jour, chacun(e)
est affecté(e) à un job, et le front de mer tient beaucoup de la fourmilière. Un petit coin où nous posé nous a été indiqué: première classe avec vue directe sur la grande bleue!S’en suit
l’administratif: vérification des inscriptions, des embarcations qui sont mise à notre disposition par le club de Saint Malo, des divers équipements de sécurité qui nous font défauts… pas le
temps de chômés quoi!! Le temps de grignoter un petit quelque chose et les équipages sont passés en revue au podium pour un présentation au public à l’instar des champions de la grande boucle,
sauf qu’à l’appel d’Alpalaparazar et Alpacadabra tout de suite les autres équipages découvrent à qui ils ont à faire et tremblent (mais pas longtemps!).

   Les yoles sont alignées sur la plage, non sans être allé faire un petit échauffement sur l’eau histoire de gouter cet environnement qui ne nous est pas si familier,
pas d’avantage que l’aviron pour Bruno: notre barreur du jour qui nous fera profiter de sa culture maritime (qu’il tient de la pratique assidue du kayack de mer…), les filles se sont vu
attribuer les services de Nicolas (beau gosse professionnel..ce qui nuit beaucoup à leur concentration…lol). Le temps de retourner sur la berge, les bateaux sont sur l’eau, 2 ou 3 rameurs le
stabilise à l’aviron, 1 ou 2 sont debout dans l’eau (fraiche) pour le tenir en place, le barreur est en haut de plage pour nous rejoindre au plus vite dès les 3 drapeaux hissés et… et un coup
de fusil retentis… ç’est le signal du départ, dans  l’urgence j’embarque, puis c’est au tour de Bruno de prendre place, le pelles sont calées: alors direction la première bouée à virer,
rien voir avec celle de Feins, ici c’est une bouée pour 20 bateaux,autant dire que ça frole et joue des coudes!! Ca secoue bien plus que sur notre terrain de jeu habituel. Il faut
maintenant  virer une seconde bouée, pour se faire nous longeons la côte un moment avant ce changement de cap, que les premiers ont déjà réalisés depuis plusieurs minutes, nous tournons à
notre tour au nez et la barbe de trois autres embarcations (ce sera notre fait d’arme du jour). Direction Hoedic… nous reprenons notre marche en avant pas forcément bien conscient des efforts
qu’il nous reste à déployer, une fausse pelle ici, un envol de sellette là sans parler des coups de pelle dans l’air !! La fatigue va vite nous étreindre, les embarcations qui nous suivent nous
rejoignent et après un petit encouragement passent et filent irrémédiablement. Si bien que nous nous retrouvons avec pour unique compagnie les bateaux de sécurité et les yoles de collection dite
de « ballade », ces dernières avec six rameurs en pointe à banc fixe semblent battre des ailes mais pas toujours avec la coordination qui aiderait une évolution confortable sur l’eau! Mais chacun
ici doit porter sa croix et la notre est de plus en plus lourde: Les jambes sont prêtes à pousser mais les mains sont constellées d’ampoules et de surampoules, mais à cela rien d’inattendu et
nous serrons les dents.

   Hoédic ne grandit pas aussi vite que nous le souhaiterions dans notre horizon, par contre une embarcation tout à l’heure bien lointaine grignote peu à peu sont
retard sur nous, nous servons de lièvre à ce filou de renard… à motivé motivé et demi! Nous remettons un peu de charbon dans la chaudière, et sans concertation c’est décidé: plus question de se
faire dépasser et à leurs accélérations nous répondons par les notres! Tant et si bien que l’ île devient un paysage plus précis, plus que la ligne d’arrivée qu’on devine ben proche mais que l’on
ne distingue pas franchement au milieu de plusieurs embarcations présentes, mais après quelques atermoiements retentis un POUETTT!! aussi familier que libérateur. Il ne reste plus alors qu’à
entrer au port  dont la jetée sert de gradins à quelques supporters « admiratifs » de notre douce follie, nous rejoignons la plage où l’entraide marche à plein pour mettre les bateaux à « pieds
secs ». Les temps d’échanger quelques compliments avec nos adversaires et arrivent Alpacadabra aussi rincées que nous. L’ALPA n’est alors plus qu’une sommes de douleurs qui s’éffondre dans le
sable après avoir récupérer un ravitaillement distribué par une organisation parfaite. P7090232

   Nous récupérons nos bagages acheminés par container, des volants de tulle rose repèrent les notres. Nous prenons bien vite nos quartiers à l’ombre de pins hauts
pechés au pied desquels nous alignons nos Queshua vite plantées, une bonne douche, un remontant « spécial gilles » et nous rejoins la place du village pour la remise des prix. Les élus locaux y
vont de leur petits mots, s’en suit la distribution des récompenses ponctuées des hourra de la foule dont nous sommes, sous un ciel azzuré qui aura à peine ternis par quelques passages nuageux
depuis notre arrivée. Enfin vint le vin d’honneur auquel nul paricipant ne fit défaut. Avant le repas du soir, « certain(e)s » se retrouvent autour de quelques infusion de malt et de houblon au
risque de sent l’île tanguer un peu, mais bon on a le pied marin ou on ne l’a pas!!(je confirme certains ne l’on pas). Nous passons « à tables » pour un diner sur l’herbe histoire de refaire les
niveaux, l’air est léger, frais et…. ennivrant. La bonne humeur règne, ça chante ici ça braille là!! C’est bien.Ensuite c’est plus confut… un concert puis le feu d’artifice au pied de
l’église (renversant parait il..!!??) puis un second concert…. ah la vitalité dela musique Hoédicaise!! Mais la suite de la soirée vous sera narrée par d’autre, je baisse pavillon pour un repos
plus qu’impératif à ce moment de la nuit et j’abandonne lâchement mes complices pour mon chateau au pied des pins où Morphée me tends ses bras dans lesquels je tombe sans résister! Rrrooon 
Rrrooon!!

   Le dimanche matin, il ne manque que le clairon, lever, petit déjeuner, démontage, bagages, tout doit aller vite!! sauf la scéance enrubannage, ou momification … pour des mains
meurtries, frippées, Mr Avibon n’a fait qu’atténuer les bobos de la veille!! Et ce matin il faut reprendre les rames pour revenir à Sarzeau… aïe aïe AÏE!! Le petit déjeuner permet de faire le
point des « forces » en présences et heureusement que l’on ne partait pas en guerre ce jour là… Mais le bon air d’Hoédic est profitable à toutes et tous à la terrasse de « la Trinquette ». 

   Derniers arrivés, derniers partis…. les bateaux sont remis à l’eau en trois vagues succéssives et bien entendu nous sommes de la dernières, le retour à Sarzeau se fera sur une mer
d’huile très inhabituel selon les dires des autochtones…on ne va pas s’en plaindre!! Bruno qui a émis le souhait de tester l’aviron bénéficiera de conditions clémentes. Le chemin du retour sera
calme, tout juste troublé par quelques voiliers intrigués et les vagues d’autres bateaux à moteur ceux là…. puis c’est le débarquement, heureux de retrouver le continent, à croire que pour être
ilien il faut naitre ilien, qui sait peut être est ce le cas! Le rangement du matériel prend un certain temps au point que certains équipages disparaissent comme par magie. Le retour nous a
ouvert l’appétit , et un gargotte local nous permet de remédier à cet état. Avant de reprendre la route.

   AAh la la quel week end encore une fois.. ça n’est même pas remboursé par la sécu et pourtant… C’est toujours un sans faute,Des bateaux magnifiques (merci Saint Malo), un jeune
club: l’Aviron Club Rhuys Hoedic avec son énergie et une organisation irréprochable, une météo globalement magnifique, des bénévoles partout sur terre sur mer et des bars hoédicais(no comment).
Autant dire que rendez-vous à d’ores et déjà été pris pour 2012 et là nous serons prêt… prêt à quoi je ne sais pas mais nous serons prêt.   L’ALPA est partout tenez vous le pour
dit…!!

IMG 4235

0

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec