25
Oct-2016

Le Cher

Randonnées   /  

Le Cher au fil de l’eau

Du 03 au 04 septembre se déroulait la 22e édition de la descente du Cher. Cette randonnée labellisée est organisée par le club Cots (Cercle Olympique Tours Sud Aviron). Un équipage mixte de l’ALPA composé de Daphné, Émeline, Isabelle, Armelle et Pascal y a participé, à bord de la yolette « la Brailleuse ».

Carnet de bord rédigé par Pascal Robin

L'équipage engagé avant le départ de la rando (de gauche à droite) : Pascal, Armelle, Daphné, Isabelle et Emeline

L’équipage engagé avant le départ de la rando (de gauche à droite) : Pascal, Armelle, Daphné, Isabelle et Émeline

La sortie a commencé par un trajet de 4 h, dans le minibus du Pays d’Aubigné et notre super remorque. Un convoi qui doit friser les 17 m de long ! À une heure du matin, nous arrivons donc à notre hébergement à Thésée, une magnifique maison en tuffeau très pensionnat des années 50. Le lendemain matin, le départ de la base de Bléré se fait par vagues de 9 bateaux, dès 9h. On prend notre temps et partons dans la dernière vague. Mal nous en prend ! On comprend rapidement que chaque vague correspond à la capacité de remplissage des écluses.

Ça écluse sec…

Le passage des écluses en épis : on a échappé au chavirage, ce qui ne fut pas le cas pour tous

Le passage des écluses en épis : on a échappé au chavirage, ce qui ne fut pas le cas pour tous

Au bout de 3 km, quasiment toutes les embarcations se retrouvent au pied de la première écluse… que l’on passera 1 h 30 plus tard ! à cette occasion on découvre l’usage de la simonette : une cordelette tendue de chaque côté de l’écluse par des bénévoles. Au milieu du cordage, une autre corde terminée par une poignée pend jusqu’aux barreurs. Cette « queue de Mickey » permet de remorquer les embarcations et de maintenir leur stabilité. Cela n’évitera pas le chavirage de 4 embarcations dans la journée, tant ce passage d’écluse reste toujours un moment délicat…

Et là, THE château !

On vient de passer sous les arches

On vient de passer sous les arches

Quelques km plus loin, sensation : on découvre les arches du puissant mais élégant château de Chenonceau. La demeure privée appartient à la famille Meunier (les chocolats !). Un grand moment, dans une chaleur estivale (jusqu’à 31°C). Le Cher est sans vent, sans vagues ; on rame vigoureusement sur un miroir, le bateau glisse, on vit des petits moments d’éternité en silence. L’eau est étonnement transparente. Plus loin, on découvre une île boisée couronnée d’un moulin élancé. La propriété privée dispose de son propre pont pivotant en aluminium : cool… On se joindrait bien aux proprio qui déjeunent sur leur terrasse. D’autant qu’on commence à avoir une dalle à bouffer du sanglier. On pique-nique sur l’herbe à Chisseaux vers 15 h.

 On s'éloigne du "clou" de la rando...

On s’éloigne du « clou » de la rando…

Ensuite, on alterne rame et passages des écluses. À Montrichard, beau village perché surplombé d’un donjon austère, on met pied à terre. Cette fois on attendra le passage d’une écluse en panne dans un troquet du bourg, sur une terrasse en buvant bière ou coca !

L’arrivée à Bourré en fin de journée se fait en fanfare ; chaque yolette est saluée par la bande à Jean à grand renfort de cuivre et de grosse caisse. C’est l’heure de l’apéro, d’une douche et d’une soirée chili con carne sous chapiteau. Ce sera l’occasion pour certains des 250 rameurs participants de découvrir la pratique du « Paquito » 😊.

Ensuite navette jusqu’à l’hébergement et dodo.

Dimanche, dans l’autre sens…

Le lendemain, on part tôt, dans la première vague cette fois-ci (les alpasiens apprennent de leurs erreurs…). Le temps est tout gris mais c’est idéal pour ramer. On refait en sens inverse la moitié du chemin de la veille, et donc 3 écluses. Là encore, on sait pourquoi on est venu : on rame en harmonie sur une rivière large et bordée d’arbres. Avant Chenonceaux, on tire la yolette sur le bord.

L'arrivée en fanfare le samedi soir pour chaque bateau

L’arrivée en fanfare le samedi soir pour chaque bateau

Un chapiteau, une paella et un quatuor de jazz sur l’air de « So what » nous accueillent pour clore notre périple. Démontage de yolette pendant que les chauffeurs récupèrent le minibus, sanglages, on est prêt pour entamer le voyage de retour. Un arrêt technique à Vouvray plus tard, on quitte la douceur tourangelle pour le granit breton. Retour sans incident vers 19h30.

Un grand merci aux quelques 40 très sympathiques bénévoles du Cots chargés de gérer la logistique très lourde du week-end.

Pascal

 

La descente du Cher a été choisie par la Fédération nationale pour faire la promotion des randonnées. Un film a été réalisé, qui reflète bien l’ambiance de ce WE.

Le lien vers la vidéo http://www.dailymotion.com/video/x4u2pm2_circuit-randon-aviron-la-descente-du-cher_sport

 

 

0

 goûts / 0 Commentaires
Partager cet article:

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec